La complainte de la Blanche Biche

Voici les paroles d’ une très jolie ballade médiévale, assez triste, interprétée notamment par le groupe  Tri Yann.

 

Celles qui vont au bois c’est la mère et la fille,La mère va chantant et la fille soupire.

Qu’a vous à soupirer ma blanche Marguerite,
J’ai bien trop d’ire en moi et n’ose vous le dire.

Je suis fille le jour et la nuit blanche biche
La chasse est après moi, les barons et les princes.

Et mon frère Renaud qui est encore le pire;
Allez ma mère, allez, bien promptement lui dire.

Qu’il arrête ses chiens jusqu’à demain midi.
Où sont tes chiens Renaud, et la chasse gentille ?

Ils sont dedans le bois, à courre blanche biche.
Arrête les Renaud, arrête je t’en prie !.

Trois fois les a cornés, de son cornet de cuivre.
A la troisième fois, la blanche biche est prise.

Mandons le dépouilleur qu’il dépouile la biche.
Celui qui la dépouille dit « je ne sais que dire ..!? »

Elle a le cheveu blond et le sein d’une fille
A tiré son couteau en quartiers il l’a mise

En ont fait un dîner aux barons et aux princes
Nous voici tous siets, hors ma soeur Marguerite

Vous n’avez qu’à manger, suis la première assise,
Ma tête est dans le plat, mon coeur aux chevilles.

Mon sang est répandu par toute la cuisine.
Et sur ces noirs charbons mes pauvres os s’y grillent

Celles qui vont au bois c’est la mère et la fille,
La mère va chantant et la fille soupire.

Qu’a vous à soupirer ma blanche Marguerite,
J’ai bien trop d’ire en moi et n’ose vous le dire.
La complainte de la Blanche Biche 44

Source : Wikipedia

Laisser un commentaire